Articles

Le vin, histoire épique d’un breuvage sacré

Celui que l’on surnomme « sang de la Terre » a coulé dans de nombreuses coupes, amphores, et situles avant de se frayer un chemin jusqu’à nos verres à pied. A lui seul, ce jus fermenté de raisin frais aura séduit des peuples, rendu hommage aux Dieux et inspiré de grands artistes. Retour sur l’histoire épique d’un breuvage sacré : le vin.

 

grappe-designLe vin préhistorique : Dieu dit que le vin soit… et le vin fut !

A son apparition sur terre, l’homme préhistorique ne connaissait surement pas encore le vin, mais il a très vite su apprécier le goût sucré et acidulé du raisin. La preuve : il se serait même rapidement mis à le presser comme en témoigne les amas de pépins de raisins retrouvés aux alentours des cavernes préhistoriques.

Devenu friand de ce fruit sucré, l’homme tente de maîtriser sa pousse et de cultiver le raisin pour son propre usage aux alentours de 6000 ans avant JC, probablement en Asie Mineure.

Quant à savoir à quand remonte la confection du premier vin… mystère. Les scientifiques pensent que l’apparition du vin serait entièrement due au hasard : des grappes de raisins auraient été abandonnées au fond d’une cruche ou d’un pot, et la chaleur de la nature aurait enclenché d’elle-même le processus de fermentation et de vinification. Le vin serait-il le fruit d’un heureux hasard ?

 

tonneau-dessinLe vin antique : portons un toast à l’immortalité !

Dès le début de l’Antiquité, de l’Asie Mineure, la vigne met le cap sur la Méditerranée ! Aux commandes ? Les phéniciens qui transportent le premier cep de vigne de Grèce à Rome. Puis c’est à en France, à Marseille, où les vignobles sont établis aux alentours de 600 av J-C. A son arrivée, tous accueillent la vigne les bras ouverts et les peuples sédentaires reconnaissent ses vertus : la vigne protège du soleil, elle pousse sur les sols ou rien d’autre ne veut pousser, et la forte teneur en sucre du raisin le rend savoureux et énergétique.

Les peuples nomades l’adoptent rapidement à leur tour notamment pour son côté pratique : le raisin s’assèche facilement, et quand il est sec, il se conserve plus longtemps. Pratique pour les longues périodes d’hiver ou même de disette ! Mais aussi idéal pour rendre hommage aux Dieux en toutes saisons !

Certains finissent même par croire que le vin permet de devenir immortel. Ils l’associent très vite aux Dieux qui renaissent de leurs cendres comme Osiris pour les égyptiens, Dionysos pour les grecs, et le Christ pour les chrétiens. Le vin est donné à boire aux dieux : il est versé sur la terre pour abreuver les divinités souterraines ou brûlé sur un autel pour accélérer sa montée vers le ciel.

 

Le vin moyenâgeux : ceci est mon sang !servir-vin

Au Moyen Age, le vin traditionnellement réservé aux Dieux et aux puissants se démocratise. Et, dès la chute de l’Empire romain, il ne tarde pas à trouver sa place dans les églises chrétiennes.

La liturgie de la communion devient même le moteur du maintien de la tradition vinicole ! Les cathédrales et les églises deviennent propriétaires de nombreuses terres viticoles sous couvert de l’activité dite de vin de messe. Les moines gèrent et contribuent à la création de nombreux vignobles monastiques qui, pour certains, existent encore aujourd’hui !

C’est aussi à cette époque-là – entre le 13ème et le 14ème siècle – que les rivalités entre les régions viticoles s’amplifient. Pour se démarquer, les vins doivent affirmer leur personnalité. Et à cette époque les vins légers, clairs, blancs et/ou rosés remportent tous les suffrages !

 

verre-bouteilleLe vin moderne : enfin invité à toutes les tables !

Le vin des temps modernes à nos jours a frôlé la disparition ! En 1566 après diverses crises et quelques famines, le roi Charles IX ordonne l’arrachage des vignobles au profit de plantations de blé. Cet édit est heureusement annulé par Henri III qui préconise seulement d’éviter une culture excessive de la vigne.

La culture et la commercialisation de la vigne se poursuivent entre provinces françaises et mêmes par-delà les frontières du pays ! A l’époque, pour savoir où en consommer, il suffisait de lever la tête et repérer un balai, une couronne de laurier ou des pampres entrelacées au-dessus d’une porte de boutique.

Aujourd’hui vous pourrez déguster du vin à toutes les tables – ou presque – du pays. Ces vins sont classés en 4 grandes catégories appartenant à deux grands groupes (selon la réglementation européenne) : les vins de table et les vins de pays (une sélection des meilleurs vins de table).

 

A travers les âges, le vin et son langage fascinent les artistes de toutes les époques dans tous les domaines : la chanson, la photo, la littérature, le cinéma, la peinture… Shakespeare, Baudelaire ou encore Dali l’ont même parfois pris pour Muse. Dali dira d’ailleurs au sujet du vin : « Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets ».







Article precedent

Les cépages français qui font le tour du monde

Article suivant

Déclinaisons autour du verre





0 Commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


A lire egalement

Les cépages français qui font le tour du monde

Aux côtés de la France, les pays producteurs de grands vins sont aujourd’hui de plus en plus nombreux. Et pourtant, on consomme...

26 September 2014