Articles

La rhubarbe

rhubarbe

Un peu d’Histoire :

Classée dans la catégorie des fruits pour son utilisation sucrée par les uns et dans celle des légumes-tiges par les autres, cette plante venue de Mongolie et du Tibet ne supporte que les contrées aux climats frais. C’est pour cela qu’on en trouve beaucoup dans le Nord, en Hollande, en Allemagne et en Angleterre ou elle est omniprésente dans sa gastronomie. Elle aurait été ramenée vers le 13ème siècle par l’explorateur Marco Polo au cours d’une de ses missions sur la Route de la Soie.

Quelques généralités :

Longtemps utilisée comme plante médicinale aux vertus anti-anémiques, toniques, purgatives, laxatives, vermifuges, la rhubarbe est un anti-inflammatoire des muqueuses buccales. Elle est donc au départ classée en botanique comme curative. Ce n’est que vers le 18ème siècle que l’on découvre son intérêt culinaire et qu’elle investit les potagers car elle se cultive très facilement. On en trouve plutôt dans les champs du Nord de la France en Picardie ou en Alsace. Les anglais en raffolent et aiment bien la déguster en compote avec une crème anglaise car cette dernière neutralise les effets de son acidité. Au 19ème siècle, les pétioles de rhubarbe bouillis constituaient d’ailleurs pour eux un légume d’hiver.


Propriétés nutritives :

C’est un légume-fruit riche en vitamine C  et peu calorique dont on ne mange que la tige (le pétiole), plus la couleur est rouge, plus la rhubarbe est mûre et donc acide.La tige de rhubarbe est également riche en magnésium, potassium.

Le saviez vous :

Les feuilles de la rhubarbe sont toxiques.
Surtout ne pas les consommer !
Ses limbes contiennent en effet une substance nommée acide oxalique qui, bien que présente dans de nombreuses plantes que nous consommons quotidiennement comme les noix, les agrumes, les fraises…est ici dans ce cas présente à de très fortes doses.
L’ingestion des feuilles peut provoquer des vomissements, des diarrhées voire dans certains cas, de très graves intoxications ou le coma.
rhubarbe-bouquet

Les astuces de Sandrine

Choisir des tiges bien charnues qui ne soient pas flétries avec des petits bouts rosés.
On peut laisser tremper la tige un bon moment avant de la cuisiner.
On réduit son acidité en la salant ou en la sucrant.
Elle se conserve 2/3 jours au réfrigérateur et peut aussi se congeler.







Article precedent

La fraise

Article suivant

Le cassis





0 Commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


A lire egalement

La fraise

Un peu d’histoire : L’origine de son nom « fragare », viendrait des Romains : qui signifie « exhaler une odeur...

25 February 2015