La pastèque

La pastèque

Cousine du melon, la pastèque , cucurbitacée millénaire, est un fruit très désaltérant et peu calorique

pasteque

 Un peu d’Histoire :

Grâce à son écorce résistante, la pastèque, Citrullus Lanatus, est douée pour se développer dans des contrées arides et depuis des temps immémoriaux elle a fait le bonheur des voyageurs assoiffés grâce à sa chair composée à 92 % d’eau et 8% de sucres .Sa culture est attestée sur les berges de la Vallée du Nil deux mille ans avant Jésus Christ et l’on a même retrouvé des graines dans les tombeaux des Pharaons.
Citée dans la Bible, les Hébreux de la Vallée du Nil l’appelaient « abbatitchim », l’aliment des Dieux, les Arabes, « battihah », les latins du Moyen Age « batheca arabica », les portugais « pateca », le vieux français « patèque » jusqu’à ce qu’un petit « s » malicieux et fortuit vienne se glisser dans le mot et lui donne son identité définitive.
Ce sont les Maures conquérants au VIIIème siècle qui l’introduiront en Espagne pendant l’occupation arabo-musulmane, puis les espagnols à leur tour l’introduiront en Amérique.

 Quelques généralités :

Fruit du soleil par excellence, se développant sur une tige rampante, la culture de la pastèque est très ancienne et s’est répandue essentiellement dans les pays chauds.
Son poids peut aller de 3 à 35 kg selon certaines variétés.
Pastèque au poids record, une Carolina Cross, a été enregistrée à plus de 119 kg !
Dans le monde, la Chine détient à 80% le monopole de la production.
En Europe, L’Espagne et l’Italie se démarquent.
La production française, elle, se concentre surtout sur les départements du pourtour méditerranéen.

On distingue :

  • la pastèque comestible, plus communément appelée le melon d’eau (watermelon en anglais, sandia en espagnol) :

– chair rouge et graines noires, variété la plus courante avec la  Sugar Baby ou la Charleston

– chair jaune et graines noirs ou blanches, la Yellow

  • la pastèque à confiture :

– chair blanche et graines rouges, qui mûrit en novembre

Propriétés nutritives :

Les teneurs en vitamine de la pastèque sont pratiquement le mêmes que celles du melon.
Elle est réputée pour sa forte teneur en antioxydants et ses vitamines (A, B, B1, B6, C).
Ces éléments contribuent à la prévention de certains cancers (prostate) et à l’hypertension.
Une étude très sérieuse menée récemment aux USA démontrerait que la citrulline (acide aminé) contenue dans la pastèque aurait le même effet que le Viagra sur l’individu et une action favorable sur la dilatation des vaisseaux sanguins et des performances de la libido.
Nous l’avons souligné, elle est composée d’eau, donc très désaltérante, peu calorique, diurétique et dépurative.
Une cure de deux jours vous permettra de nettoyer votre organisme soumis aux excès de glaces et d’apéritifs commis pendant l’été !
pasteque-coupe

 Le saviez vous :

Si les européens sont peu friands des nombreux pépins qu’elle contient, il faut savoir qu’en revanche d’autres peuples ont depuis longtemps compris leurs vertus nourrissantes grâce à la présence de vitamine C en quantité.
En Afrique par exemple, ils constituent un plat à part entière car ils sont très riches en protéines et en lipides.
Faites griller par exemple ces pépins dans un peu d’huile d’olive ou du beurre, ajoutez- y un peu d’ail et de sel, ils constitueront un petit encas délicieux et très sain.
En Inde, on broie ces graines pour en faire de la farine.
En Chine, on les grille et on les consomme à l’instar des cacahuètes.
En Russie, elles servent de base à l’élaboration de la bière.
Au Vietnam, les graines sont consommées pendant les fêtes du Nouvel An.
Au Japon, des horticulteurs de la préfecture de Kagawa se sont interrogés sur l’optimisation du transport des pastèques estimant qu’en les entassant dans les camions, leur forme ovale créait des espaces vides et générait une perte de rentabilité. De ce fait, ils ont pensé à les faire pousser et grossir dans des boîtes en verre carrées, ce qui imprime leur forme définitive et permet un stockage cubique optimisé.
Bien évidemment, cette « invention » contre nature suppose que la pastèque nouvellement reconstituée va friser des coûts astromiques allant jusqu’à plusieurs centaines d ‘Euros ! L’originalité se paie !
Il existe une variété de pastèque « sans pépins » spécial paresseux (née dans les années 50 aux Etats Unis) pour ceux qui trouvent fastidieux de les éliminer un par un.

Les astuces de Sandrine

Le critère essentiel pour manger une bonne pastèque, c’est son poids…plus elle est lourde, meilleure elle sera ! Elle doit sonner creux à l’oreille si on la cogne légèrement mais ce n’est pas un gage infaillible, ce qui importe c’est sa belle chair rouge.
On peut la débiter sous forme de petites billes et les stocker dans un sachet au congélateur, ce qui vous permettra en plein cœur de l’hiver de vous sustenter en attente du retour de l’été.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *