La fraise

La fraise

panier-fraise

Un peu d’histoire :

L’origine de son nom « fragare », viendrait des Romains : qui signifie « exhaler une odeur suave » car leurs sensuelles épouses raffolaient de masques de beauté à base de ce fruit.
La fraise et son arome n’est elle pas d’ailleurs le fruit symbole de la sensualité ?
Durant des millénaires la fraise ne fût que «fraise des bois», c’est en repiquant des stolons (rameaux rampants s’enracinant de place en place, mais sans séparation avec la plante mère à l’égal des ronces) dans les jardins du XV Siècle que l’on commença à discipliner l’espèce.Cependant malgré tous les efforts et talents des botanistes de l’époque, les fraises restaient toutes petites, occupaient beaucoup de surface pour un pauvre rendement et une récolte éphémère. Le Roi Soleil fût un amateur et consommateur insatiable de fraises au vin et de soupe de fraises tout au long de sa vie. Son jardinier La Quintinie ne pût néanmoins obtenir plus de 4 variétés: la rouge, la blanche, la jaune et la fraise Capron royale… On prétend aussi que le roi Henri III, très coquet, s’évertuait à combattre les stigmates du temps qui passe sur son visage en multipliant les masques à la fraise sauvage. C’est un officier de marine bretonne mandaté par Louis XIV au nom prédestiné d’Antoine Frézier (eh oui !) qui rapporta vers 1710 des Amériques et spécifiquement du Chili, des plants de fraisiers dans le cadre de ses missions (la Fragaria chiloensis, grosse fraise rubiconde).Dans les serres, deux plants mis en présence finirent par s’accorder, c’est donc un croisement entre la Blanche du Chili et la fraise de Virginie qui est l’ancêtre de nos fraisiers.L’implantation qui suivra dans la région de Plougastel sera un succès incontestable et cette culture ancestrale perdure.
De nos jours, on rescence plus de 600 variétés aux noms enchanteurs, on ne peut tous les citer (Gariguette, Mara des bois, Reine des vallées, Lambada, Candiss, Alba, Cirafine, Ozark Beauty, Ciflorette, Vivarosa).

 
fraisier

Quelques généralités :

L’Europe est le premier producteur et principalement l’Espagne même si sa culture industrielle suscite quelques controverses notamment dans l’usage intensif de pesticides et de produits chimiques ainsi que dans l’embauche de la main d’oeuvre saisonnière honteusement exploitée.
L’UE a adopté un label d’origine et de qualité (l’IGP) pour valoriser l’exception qualitative de certaines variétés.
L’obtention de ce label est déterminée sur différents critères : coloration, texture de la chair, saveur, arome, forme du fruit etc…
La fraise de Cachoubie en Pologne et la fraise du Périgord font l’objet de cette homologation.
A l’issue de nombreuses expérimentations diligentées par l’INRA, la Mara des bois voit le jour en 1992.C’est un petit fruit de forme oblongue, rouge foncé, très fragile et à la saveur délicieusement sucrée.

Propriétés nutritives :

Elle est rafraichissante c’est un fruit très riche en eau, en vitamine C, fer, calcium et magnésium.

Le saviez vous :

« Sucrer les fraises » => terme péjoratif, se dit de quelqu’un qui est agité d’un tremblement incontrôlé comme le sont parfois les personnes âgées atteintes de Parkinson ou de maladies dégénératives.
L’expression est apparue vers le 16ème siècle dans les salons mondains et les Cours Royales ou les gens aisés se coiffaient de perruques emplies de talc blanc.
Certains n’étaient plus vraiment tout jeunes, parfois séniles et aux mouvements hésitants, en dodelinant de la tête, il leur arrivait parfois de salir leur collerette de dentelle plissée qu’ils arboraient autour du cou ou bien de laisser tomber du talc dans leur coupe de fraises au moment du dessert.

Aller aux fraises :  s’isoler dans un endroit reculé et difficilement repérable avec un partenaire pour y commettre l’adultère.C’est bien connu, les fraises sont plutôt difficiles à trouver dans les sous bois.

Ramener sa fraise :  s’immiscer dans une conversation de manière inopportune, car dans les termes, ma fraise se rattache à la bouille, la tête, le MOI.

Fraiser : écraser la pâte entre la paume de la main et le plan de travail (sans trop la travailler) afin de la rendre plus homogène.

-L’eau des fraises était jugée magistrale pour les bienfaits de la peau.
A la Révolution, Mme Tallien, partisane active dans le sauvetage de nombreux prisonniers de la guillotine et grande dame du monde, avait coutume de prendre chaque jour un bain avec 10kg de fraises pour entretenir sa beauté légendaire !

-La consommation excessive de fraises chez certains individus peut parfois générer des crises d’urticaire qui peuvent être évitées si on la consomme cuite ou en coulis.

fraises


L’astuce de Sandrine

Le fait de les laver sans les équeuter permet de leur conserver toutes leurs vitamines et leur saveur jusqu’au dernier instant.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *