La cerise

La cerise

cerises

Un peu d’histoire :

Des découvertes archéologiques au début du siècle attestent de l’existence de ce petit fruit dès le néolithique ou des fouilles menées sur des cités lacustres suisses ont fait apparaitre la présence de grandes quantités de noyaux.Ceci révèle que déjà, en ces temps reculés, on utilisait la cerise pour fabriquer des jus et de petits ornements avec les noyaux percés.

L’origine de la cerise est donc très ancienne puisque des textes d’Aristote (300 ans avant J.C) font déjà état du kerasios, le cerisier.

Les Romains quant à eux justifient son implantation grâce à leur général Lucullus, illustre gourmet, qui aimait organiser de fastueuses réceptions ou les denrées les plus rares étaient proposées sur les tables.

C’est au cours d’une expédition militaire dans la ville de Kerasous en Turquie, qu’il découvrit le « Prunus Cerasus », le cerisier aigre et décida de l’acclimater.

Vers la fin du Moyen- Age,  la cerise va être cultivée en Europe de l’Ouest, dans la peinture flamande, nombre de « natures mortes » la représentent au 15ème siècle.

Le néerlandais Jerome Bosch, peindra «  la Nef des Fous », un tryptique allégorique de la mort, de la débauche et du plaisir, toile sur laquelle on remarque une assemblée de gloutons et d’ivrognes attablés. Les spécialistes attribuent une symbolique  présence de l’assiette de cerises, posée devant les religieux, la jugeant subversivement érotique.

En France, c’est Louis XV qui, l’appréciant beaucoup, permettra le développement de sa culture.

 

Quelques généralités :

C’est le seul fruit qu’on peut porter en boucle d’oreilles !
N’avez-vous pas testé cet ornement éphémère lorsque vous étiez enfant ?
Si l’on vous parle de Burlat, Stark Hardy Giant, Van, Summitt, Reverchon, Napoléon, Sunburst, Géant d’Hedelfingen, Duroni…ce ne sont ni des hommes politiques, ni des stars de catch ou des pilotes de course mais bel et bien des variétés de …cerises !

On distingue plusieurs groupes.

  • Les douces, telles que le bigarreau à la chair croquante et délicieusement sucrée.
  • La guigne, chair molle et douce.
  • Les acides à chair molle, telles que la Griotte et la cerise de Montmorency à courte queue (plutôt conservées en eau de vie) et qui seraient issues de l’arbre de Kerasonte.
  • Les Anglaises, ou « cerises royales » à la chair molle et acidulée (sucrée et acide), ce serait un croisement entre la cerise douce et la griotte.

cerise-rouge

Propriétés nutritives :

Riche en vitamine A et C, gorgée de jus, elle est diurétique et facilite le transit intestinal.
Il est d’ailleurs recommandé de ne pas trop en abuser, sinon gare aux intestins !
Elle est reminéralisante de par son apport en potassium et oligo-éléments.
On utilisait autrefois l’huile de noyau de cerise pour soigner les rhumatismes.
Le jus de cerise serait aussi un allié précieux contre la formation de la plaque dentaire car il détruit les bactéries responsables de nos caries.

Le saviez vous :

Fruit apprécié de tout temps, la cerise est un symbole de qualité et de bon goût.
C’est à cette double qualité que pensait, à coup sûr, Mme de Sévigné lorsqu’elle écrivait, parlant des Fables de La Fontaine : « C’est un panier de cerises : on veut choisir les plus belles et le panier reste vide ».
Quant à « faire trois morceaux d’une cerise » cette expression décrit le comble de l’avarice la plus détestable ainsi que le comble de la maniaquerie la plus extrême.

Celle qui nous plaît particulièrement en tant que fin gourmets chez le Meilleur du Chef c’est : « se taper la cerise » c’est-à-dire se goinfrer copieusement !

Ce que nous ne manquons pas de faire quand il s’agit de goûter les Recettes de notre Chef Philippe !

« C’est la cerise sur le gâteau ! » : une expression familière pour décrire que la situation est à son comble.

« Se faire la cerise » : se barrer, se casser, se tirer.

« Porter la cerise, porter la guigne » : porter la malchance.

« Se refaire la cerise » : se refaire une santé.

Connu comme une eau-de-vie de cerise originaire d’Allemagne, le kirsch s’élabore avec les fruits du merisier, très abondant dans la Forêt-Noire et les Vosges. Les merises sont peu charnues, par fermentation et combustion, elles donnent un alcool à l’odeur caractéristique, que les Allemands appellent Kirschwasser : eau de cerise.

« Le temps des cerises » est une magnifique chanson écrite en 1866 par Jean-Baptiste Clément.
A l’époque cette chanson avait été écrite sous le Second Empire dans un contexte festif, celui de l’Exposition Universelle de 1867 consacrée aux Arts et à l’Industrie, qui mettait en valeur le développement du mouvement ouvrier.
Mais bientôt, cet air nostalgique va devenir l’emblême d’un mouvement populaire tragique qui va embraser Paris : La Commune.
Elle a été reprise dans toutes les langues mais nous avons une affection particulière pour les versions pourtant si différentes, interprétées par Yves Montand et par Noir désir.

Le Guignolet est une liqueur apéritive de 16°C originaire d’Anjou élaborée à partir de cerises aigres et noires.
On l’obtient par macération du fruit qui génère un jus alcoolisé qui sera sucré pour le rendre plus doux et frais.
Son nom résulte de la variété de cerise, la guigne, employée dans cette recette.
Et pour finir, si vous avez un peu trop abusé de Guignolet, sachez que vous pouvez purifier votre organisme et stimuler l’élimination des toxines par un remède de grand-mère : l’infusion de « queues de cerises » !
C’est en effet un puissant diurétique.
Recette : une poignée de queues de cerises macérées 12h dans un litre d’eau-Bouillir le tout pendant 15 minutes-filtrez-buvez-Résultat garanti immédiat !

 
cerise-noyaux

Les astuces de Sandrine

Pour un dénoyautage plus aisé, trempez les un moment dans de l’eau glacée.
Les cerises s’abiment très vite une fois cueillies mais si on les ménage, elles se conserveront une paire de jours dans votre bac à légumes.
Sachez aussi qu’elles peuvent se congeler une fois débarrassées des queues et des noyaux.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


%d blogueurs aiment cette page :